L’ECOLE MILITAIRE ANNEXE DES TRANSMISSIONS (E.Mi.A.T.) 

 

Dernière mise à jour  le
8 septembre 2016

 


l'Amicale des Anciens de l'Ecole de Sous-Officiers d'Active des Transmissions
et de l'Ecole Militaire Annexe des Transmissions


La page souvenir de Guy SOULÈS ...

Accueil Général
le quartier Valence
Doc. E.Mi.A.T.
Dossier d'engagement
Dossier d'engagement - V2
pages du P14
pages du P15
pages du P16
pages du P17
pages du P18
pages du P19
pages du P20
pages du P21
pages du P22
pages du P23
pages du P24
pages du P25
pages du P26
pages du P27
pages du P28
pages du P29
pages du P30
Pages du P31
Site du P32
Site du P33
Pages du P34
Pages du P35
Pages du P36
Pages du P37
Pages du P38
pages du P39
pages du P40
pages du P41
l'A/C VIALA : champion de tir ...



Bonjour à tous les anciens du P 18,

Je m’appelle Guy SOULES et suis un ancien du P18 Cie A 3ème section (section GIL) opérateurs radio.

C’est tout à fait par hasard que je suis tombé sur le site et j’avoue que retrouver 50 ans après des noms, des copains, des souvenirs… forte charge émotionnelle. Retrouver Daniel FLEUTELOT qui s’est souvenu de notre plan de chambre 3ème section, avec quelques petits correctifs notamment à ma droite et contre la fenêtre de la cour, il y avait bien SIBILLY et dessous SEGUIN (le parisien) et non ABRIBAT, en face il y avait AUGE Gérard, MARCHAL et son pote d’origine Vietnamienne dont le nom m’échappe, tous deux AET.

On se connaissait mieux la partie droite en entrant dans la chambre, forcément. A gauche CHOUCROUN ne passait pas inaperçu, joyeux luron pied noir et copain de Milou ORTEGA, pied noir également. Je me souviens bien de PRIAT, LOUTHE et toi Daniel discret et sérieux, et FLORENT le seul camarade de couleur du P 18, discret et sympa et physiquement très solide.

Que de souvenirs avec Marcel GARONAT qui couchait en dessous de moi et qui préférait gratter la guitare que ranger ses affaires dans l’armoire comme on nous le demandait, faire le lit au carré impeccablement, cirer les chaussures dessus dessous… Combien de fois lors des revues de chambre son armoire et ses affaires ont explosé ! Et Marcel continuait à gratter la guitare, je chantais avec lui et il nous remontait le moral dans les moments difficiles.

Te souviens-tu Marcel (j’espère que tu me liras) lors de nos entraînements dans la campagne agenaise d’environ 8 kms par groupes de 4 ou 5, partir ensemble et arriver ensemble avec sac à dos chargé et le 49/56 à la main en un temps imparti, donc en courant. Combien de fois t’a-t-on déchargé de ton sac et de ton arme car il fallait arriver groupés. Et en plus tu nous « engueulais » car on allait encore trop vite !! Par contre je n’ai aucun souvenir de ce que tu nous dis concernant le fait que tu ne sois pas sorti sergent comme nous suite à un acte de désobéissance ? Nous étions pourtant très proches.

Notre officier chef de la 3ème section était le S/lieutenant GIL. Homme juste et très humain. Nous le respections énormément. Discret mais très proche, il a obtenu de nous beaucoup plus que d’autres officiers plus « sonores ».

Des témoignages d’anciens du P 18, on parle de SPRINGESFIELD et de SUCCOJA. Ils étaient tous deux dans la chambre que nous occupions lors de la F.C.B. jusqu’à fin 1964. Deux grands copains AET très sympas que j’ai appréciés.

Dans notre chambre il y avait également THION, un petit gars de l’Est. A ma sortie d’Agen, j’ai été muté au 58ème BT à Compiègne, au camp de Royallieu. Gérard AUGE opérateur radio du P 18 m’a rejoint 6 mois après. A part quelques manœuvres à Sisonne (02),

La Capelle (frontière Belge), j’ai passé mon temps au service des sports avec un grand copain (sergent ALBERT qui avait fait Antibes) en encadrant les appelés et surtout en participant à l’équipe de rugby du 58ème championne de la 4ème région militaire. Totalement inintéressant au niveau de ma spécialité d’opérateur radio. Ma carrière militaire a donc pris fin à Compiègne au bout de 3 ans. Impression de gâchis tout de même…

Ma carrière dans le civil a immédiatement débuté comme stagiaire éducateur au Hameau Ecole de l’Ile de France à Longueil Annel (oise), puis formation de Moniteur éducateur 2 ans à Lille et 2 ans à Amiens pour le diplôme d’Educateur spécialisé.
4 ans d’études pour être titulaire de mon poste au HEIF. J’y suis resté 10 ans. Départ de l’Oise pour Belfort où j’ai été nommé Directeur d’établissement d’un Foyer d’ enfants et d’adolescents de 3 à 18 ans dépendant de la DDASS de Belfort et placés par le juge des enfants. J’y suis resté 3 ans.

Retour ensuite dans le Sud Ouest (chez moi) à côté de Lannemezan, responsable d’un IME (institut médico éducatif) dépendant de la DDASS des Hautes Pyrénées, gros établissement de 120 enfants et 200 personnes. J’y ai fini ma carrière en 2004 à 57 ans.

Mon épouse et moi habitons Tarbes maintenant et partageons notre retraite entre Tarbes et Sète où nous avons un appartement.
Nous avons 2 enfants et 4 petits enfants. Avec le recul maintenant et toutes les formations que j’ai faites durant ma carrière dans l’éducatif et le médico-social, c’est bien mon passage à l’EMIAT qui m’a le plus marqué et imprégné des valeurs essentielles, effort, persévérance, camaraderie, respect, que j’ai gardées.

Peut-être des camarades me reconnaîtront, ce serait bien qu’ils témoignent eux aussi. Amicales salutations aux copains de la 3ème section et aux camarades du P 18.

Guy SOULES




PS : je joins quelques photos

N° 1 Soulès, Priat (marche des 100 kms)

N° 2 Augé, Soulès, Priat, Kacsmarek, Louthe, Choucroun (marche des 100 Kms)

N° 3 l’ESOA Soulès première permission chez moi à Tarbes Noël 64

N° 4 La Garenne Soulès, Marchal, ? , Ortéga, Lacsmarek et Augé





 

 Retour P18

Retour accueil EMIAT