L’ECOLE MILITAIRE ANNEXE DES TRANSMISSIONS (E.Mi.A.T.) 

 

 


l'Amicale des Anciens de l'Ecole de Sous-Officiers d'Active des Transmissions
et de l'Ecole Militaire Annexe des Transmissions


le P22 et la FETTA à Caylus

Accueil Général
le quartier Valence
Doc. E.Mi.A.T.
Dossier d'engagement
Dossier d'engagement - V2
pages du P14
pages du P15
pages du P16
pages du P17
pages du P18
pages du P19
pages du P20
pages du P21
pages du P22
pages du P23
pages du P24
pages du P25
pages du P26
pages du P27
pages du P28
pages du P29
pages du P30
Pages du P31
Site du P32
Site du P33
Pages du P34
Pages du P35
Pages du P36
Pages du P37
Pages du P38
pages du P39
pages du P40
pages du P41
l'A/C VIALA : champion de tir ...

Caylus ! c’est la mise en pratique de toute la théorie apprise à Agen, en particulier le tir et les munitions. Le combat on en faisait à Agen, mais là, on va apprendre aussi la survie !

 

 
 

Les tirs : c’est d’abord de longues marches avec tout le barda pour rejoindre les différents champs de tir. On fera tout : tir à 200m, au fusil, au FM 24/29, au PM et au PA dans toutes les positions de jour et de nuit, au Bazooka (pas encore de LRAC), à la grenade à fusil AP et AC, à la grenade OF et DEF…. Les oreilles en ont pris un coup ! Pour des opérateurs radio c’est pas recommandé. C’est surtout les grenades à fusil qui nous rendent sourdingues plusieurs jours. A l’époque, pas de boules Quiès ou casque antibruit. Mieux, le casque, censé nous protéger fait caisse de résonance et nous renvoie l’écho amplifié. Je suis heureux d’avoir échappé au tir à la grenade à fusil antichar ! un choc énorme qui t’envoie sur le cul à 3m ! Le tir au 3 pouces 5 (bazooka), je n’en ai fait qu’un, les tirs ayant été suspendus, le lot de roquettes étant défectueux !

C’est aussi la mise en pratique des explosifs. Extra, on s’est éclatés (nous aussi !). On nous fait la démonstration de la dangerosité à manipuler les détonateurs. « trois doigts et un œil » en cas de pépin. Placé sous un casque lourd, ce petit tube, lorsqu’il explose te l’envoie à 15 m de haut…. Alors tu parles, les doigts ! On manie le TNT, le plastic, les bangladors (comment ça s’écrit ?). Pour ce qui est des mines, on se trimbale au combat les mines antichars d’exercice. Il faut y placer un pain fumigène et un petit détonateur. Problème, c’est pas facile à remonter quand on a placé tout dedans. Quelle idée de monter dessus pour l’emboîter en force ! Je ne sais plus qui a fait ça, mais notre embuscade à été repérée de loin !

Des fois on peut se reposer un peu, quand, récupérés par le GMC, on fait office de plastron pour se faire flinguer dans les embuscades et se prendre des grenades à plâtre sur la tronche. Ces fameuses grenades qu’on apprenait à trafiquer en réduisant la longueur de la mèche lente pour que le détonateur fasse son boulot avant les 7 secondes et ainsi ne pas se faire repérer quand on la lançait de nuit.

Retour à Agen. Plus reposant !

Du repos il n’y en avait pas souvent. Les gardes, les TIG, les revues d’armes, de piaule,  de détail, les tenues caméléon ! Et au bout « d’un nombre certain » de mois (je ne sais plus combien de mois après l’incorpo – mais après toutes les TABDT) on pouvait sortir le samedi en quartier libre (si on passait la visite de tenue au poste !) voire, si on avait un peu de pèse, se décompter mangeant le dimanche midi et aller au resto. Ca c’était plutôt rare, du moins pour moi. En fait de resto, on était heureux de se taper un steak frites !

Au quartier valence, Il y avait un moment sympa, c’était le matin vers 9h on allait au foyer acheter des gadgets, tel le briquet grenade mais aussi et surtout se régaler d’un casse-croûte ( quand il en restait et qu’on ne se faisait pas alpaguer par ce cher Adjudant Quevilly, « Saigneur des sous-officiers ») ou de ces fameuses petites crêpes au rhum emballées dans un cornet en plastique. La bouffe, c’était le sujet récurant.

Enfin le temps passe, plus ou moins vite selon le moral. Il y aurait beaucoup d’anecdotes à raconter : les corvées de chiottes au masque à gaz le lendemain du nouvel an par exemple !! bon appétit !

                                   Nouvel An dans la piaule, avant la corvée de chiottes !

(beaucoup de photos sont de Francis MASSEY dit « Bill » )

Michel Mézin

 Toutes ces photos et souvenirs  ont été envoyées par Michel MEZIN ... d'autres informations sont à venir ...

 Retour P22

Retour accueil EMIAT